Nulle autre histoire, sans doute, que celle de Violetta et Alfredo, ne traduit aussi tragiquement le désir, la fragilité et le secret, les trois thèmes autour desquels se construit le projet artistique de la saison.

Si l'une des plus belles héroïnes conçues par Verdi, d'après le personnage de Marguerite Gautier inventé par Alexandre Dumas, meurt finalement de tuberculose, d'autres forces se seront opposées à son amour fou pour un jeune homme auquel elle dissimule jusqu'au dénouement sa maladie : les préjugés, la morale et les conventions. La "dame aux camélias" ne doit demeurer qu'une putain de luxe. Sa réputation est aussi dangereuse que la syphilis redoutée par les bourgeois qui fréquentent les maisons closes.

Après Kát’a Kabanová, Andrea Breth nous livre sa vision du déchirant chemin de croix d'une femme qui veut croire encore, jusqu'à son dernier souffle, au miracle des passions humaines.

Texte en pleine page