Un dortoir, la nuit. Le faisceau d'une lampe de poche apparaît. Des garçons sortent de sous les draps. À tour de rôle, ils observent leurs ombres sur le mur.

Leurs silhouettes sont changeantes et ne leur ressemblent pas. Ils parlent de leur avenir, de leurs ombres qui se figeront définitivement à l'âge adulte déterminant ainsi leur destinée. Sélim, le garçon qui a une ombre de fille, répond à la douce mélopée de Sybil, la rôdeuse que jamais la milice n’a pu capturer. Mais La Chancelière et Le Grand Dirigeant feraient n’importe quoi pour neutraliser l’enfant à l’ombre couronnée, le test de la lampe va commencer...

Une touche de surréalisme, un soupçon d’effroi, une pincée d’humour et une bonne dose de poésie composent ce conte fantastique dont le public sera acteur à part entière.

Line Adam, brillante musicienne belge et compositeur prolifique, n’aurait pu trouver de meilleur complice pour Sybil et les Silhouettes qu’André Borbé, piquant parolier, toujours optimiste, jamais complaisant et adoré des petits et... des grands. Tous deux n’hésitent pas à jouer franc-jeu avec les plus jeunes, pour un spectacle tout en finesse.